Ubuntu au DIP : premières impressions mitigées

Comme vous le savez peut-être, il était prévu (article de la Tribune de Genève) que toutes les écoles primaires du canton de Genève passent exclusivement à Ubuntu à la rentrée 2007.

Ma copine étant enseignante, j’ai donc pu voir à quoi ressemblait cette migration qui me tient particulièrement à cœur. Comme vous pouvez le penser, tous les ordinateurs n’ont pas été migrés du jour au lendemain en septembre, mais il semble que la migration consiste à installer Ubuntu sur les nouveaux postes de travail livrés à chaque enseignant du canton. C’est donc à cette occasion, il y a quelques jours que j’ai pu mettre la main sur un de ces nouveaux ordinateurs.

Matériel

En ce qui concerne le matériel, rien à dire ; il s’agit d’une machine basée sur un core2duo avec chipset Intel (bon choix lorsqu’on veut utiliser un système d’exploitation libre) et 4Gio de ram (ils ne lésinent pas sur les moyens, surtout lorsqu’on sait que le système d’exploitation par défaut (surprise, voir plus loin) ne permet pas d’exploiter cette mémoire).

L’ordinateur est accompagné d’un écran large 22 ».

Logiciel

C’est là que les bonnes impressions et les espérances se fanent quelque peu.

En effet, au premier démarrage, oh surprise, le chargeur de démarrage (ntdlr) propose de démarrer sous Windows XP ou sous « Linux ». Bien entendu le choix par défaut est Windows XP.

Cela pose quelques problèmes et questions :

  • Pourquoi ne pas utiliser le chargeur de démarrage d’Ubuntu (GRUB) qui est autrement plus puissant que le chargeur de démarrage de Windows (surtout que cela demande un effort supplémentaire lors de l’installation).
  • Pourquoi installer Windows XP alors qu’il ne devait y avoir qu’Ubuntu Linux sur ces machines (d’après Wikipedia, la Tribune aurait rectifié son article dans son édition du lendemain, déception).
  • Ces machines disposent d’une licence de Windows Vista, le contribuable paie donc deux fois la taxe Windows (rien ne semble en effet indiquer que l’état se fait rembourser la licence de Windows vista collée sur le boitier). De là à dire que l’utilisation de logiciels libres ne fait pas baisser les coûts d’exploitations de l’informatique au DIP, il n’y a qu’un pas.
  • Je me demande aussi pourquoi Edubuntu (qui est spécifiquement fait pour l’enseignement) n’a pas été retenu à la place d’Ubuntu.
  • Finalement, pourquoi ne pas mettre Ubuntu comme choix par défaut, en mettant Windows XP par défaut, je fais le pari que très peu d’enseignants aventureux n’oseront (ne sauront) sélectionner la deuxième entrée du menu de démarrage.

Mais le pire reste à venir. Partons de l’hypothèse qu’un enseignant décide de sélectionner explicitement ce « Linux » en appuyant sur les touches de son clavier assez rapidement au démarrage…

Il arrive sur une fenêtre de connexion assez moche (disons plus moche que la fenêtre de connexion par défaut d’Ubuntu), s’identifie et arrive sur un bureau avec un joli papier peint « Enseignement 2007-2008 ».

On remarque immédiatement quelques détails :

  • L’applet météo est utilisé alors que sa fonction est inclue dans l’applet horloge.
  • Les icônes dans les tableaux de bord sont distribuées un peu n’importe où.

Rien de très grave, vous me direz, et je serai d’accord avec vous si :

  • L’agencement du clavier n’était pas faux (ce qui empêche d’écrire une lettre accentuée, pratique pour des enseignants d’école primaire). Et ce alors que je n’ai jamais eu ce problème avec l’installeur d’Ubuntu (j’ai fait plusieurs centaines d’installation). Pour corriger ce point, il faut aller dans système/préférences/clavier/agencements/cliquer sur + (ajouter)/choisir Suisse (français) puis supprimer le mauvais clavier fr_CH et mettre le nouveau clavier par défaut en cliquant dans le petit cercle à droite de « Suisse Français »
  • Le son ne fonctionne pas (même remarque, cela a toujours fonctionné dans mon expérience, sauf si le pilote de la carte son manque ce qui n’est pas le cas ici). Pour corriger ce point, il faut aller dans système/préférences/son/mettre les trois premières options sur « détection automatique » et la dernière option sur HDA Intel (Alsa mixer) à la place de OSS.

Je me demande comment il est possible que cette installation ait passé même un test de 5 minutes d’utilisation. Je me demande également pourquoi des options par défaut qui fonctionnent très bien ont été remplacées par des options qui rendent le système inutilisable ou désagréable à utiliser. Non, je ne vais pas faire de théorie du complot, mais je n’en pense pas moins. Attendez-vous à entendre plein (enfin ceux qui auront voulu/réussi à sélectionner Linux au démarrage) d’enseignants dire « Linux c’est nul, on ne peut même pas écrire avec des accents ; et le son c’est prévu pour bientôt ? ».

Après ces quelques corrections, je continue mon exploration du système. Les documents sont stockés sur une partition NTFS ce qui est bien dans la mesure où l’on souhaite garder Windows. Là où c’est moins bien c’est que cette partition (appelée « Data ») est montée dans /media et apparaît sur le bureau et qu’ils n’ont pas fait de lien symboliques entre les dossiers Document, Musique, Images, Vidéos et les sous-dossiers de Data. Pour faire les choses proprement, il faudrait monter Data dans /mnt, puis faire des liens symboliques depuis les dossiers pré-cités (par exemple Images -> /mnt/Data/mes images). Imaginez l’utilisateur lambda qui enregistre un document depuis OpenOffice.org sous Linux espérer que ce document sera disponible sous Windows ou inversément, vive la convivialité.

Finalement le fichier de configuration de grub contient plein d’erreurs (j’imagine que ça explique pourquoi ils utilisent ntdlr pour charger les systèmes d’exploitation).

J’ai bien entendu rapporté tous ces problèmes au SEM et au projet GeLibrEdu il y a quelques jours et je vous tiendrai au courant si une réponse devait me parvenir (il y a presque un an, je les ai contacté pour leur faire remarquer qu’ils devraient corriger les occurrences de PC et Mac par Windows et Mac sur la page où ils fournissent un DVD plein de logiciels libres, je n’ai jamais eu de réponse…)

Finalement, pour mitiger les dégâts, en attendant qu’ils corrigent leurs installations, j’aide plusieurs enseignants de l’école de mon amie à faire fonctionner leur ordinateur correctement avec des logiciels libres.

Mise à jour 20 octobre 2008 : M. Jean-Luc Corsini, directeur-adjoint du SEM et responsable du secteur logistique a pris contact avec moi. Il m’indique qu’ils ont plusieurs « configurations » différentes de ces machines et qu’ils ont étudié avec intérêt mon message dont certaines remarques leur semble pertinentes et d’autres non. Il me tiendra certainement au courant de la suite donnée à mon message.

Mise à jour 18 février 2009 : J’ai rendez-vous la semaine prochaine avec la direction du SEM afin de discuter de vive voix de ces problèmes.

4 commentaires »

  1. Ridicule.

    Comme d’habitude, une bonne idée gâchée par une bande d’incapables – payés, entre autres, avec *mes* impots.

    - Trib’

    Répondre

    Commentaire by Tribaal — 20 octobre 2008 @ 23:00

  2. Vraiment des incapables, je suis très surpris. Ca fait seulement 4 ans que j’ai touché un pc de ma vie et depuis 2 ans j’utilise Ubuntu à 100%. J’ai installé 2 ordinateurs avec Ubuntu et je suis certain ne pas avoir fait toutes ces gaffes. Ils tournent comme des horloges.
    D’un autre côté je cherche un 3ème Pc sans Windows et je remarque que le choix est limité. Comme c’est privé je ne souhaite surtout pas payer une licence forcée. Ça me rend assez furax de voir la difficulté dont certain on eu pour la refuser.

    Après 2 ans seulement de dégouts à Windows, J’ai fait le dual-boot mais sans réfléchir et par habitude j’utilisais uniquement Windows. J’ai du être plus sévère avec moi-même et j’ai employé la méthode violente, j’ai reformaté sans Windows et mis tout en ext3. J’avais prévu mon coup en utilisant OOo pour pouvoir continuer mes factures car c’était ma hantise pour migrer.
    Leur migration n’a aucun sens surtout si les Os ne sont pas installés dans les règles de l’art.

    Le 2 ème pc que j’ai mis avec Ubuntu,c’est celui de mon amie, mais je ne lui ai pas parlé du dual-boot. Je lui ai mis Ubuntu sans Windows. J’ai été radical une fois de plus. Maintenant si je lui parle de remettre Windows après 1 an d’Ubuntu elle me dis au secours!!! Elle a fait 1 ans de Windows seulement.

    Comme je n’ai pas de supérieur hiérarchique il me semble que c’est plus simple de migrer, car ils ont peur de se mouiller à dire on lâche Windows sans pouvoir revenir en arrière.
    J’affirme sans hésiter qu’en 2ans de Windows et 2ans d’Ubuntu, j’ai appris 2 fois plus vite sur Ubuntu. C’est un vrai système éducatif. Il n’y a vraiment pas que le budget qui rentre en compte pour choisir Linux.
    « C’est le jour et la nuit, Vive Linux et merci aux bénévoles du libre pour leur travail à ce que des débutants puissent transformer leur tortu(r)e en une bête de course! »

    Répondre

    jernst Reply:

    @Nairolf,
    >D’un autre côté je cherche un 3ème Pc sans Windows et je remarque que le choix est limité. Comme c’est privé je ne
    >souhaite surtout pas payer une licence forcée. Ça me rend assez furax de voir la difficulté dont certain on eu pour la
    >refuser.

    Si tu finis par acheter un ordinateur avec un système d’exploitation préinstallé dont tu ne veux pas (par manque de choix), lis http://ernstfamily.ch/jonathan/tags/detaxe et n’hésite pas à me contacter si tu as besoin d’aide.

    Merci pour ton commentaire.

    Répondre

    Commentaire by Nairolf — 23 novembre 2008 @ 17:36

  3. [...] eu rendez-vous avec un des responsables du Service Écoles-Médias (SEM) afin de discuter des problème soulevés dans un précédent article en relation avec le déploiement de postes de travail sous Ubuntu dans les écoles primaires du [...]

    Ping by Rendez-vous au Service Écoles-Médias (SEM) pour améliorer le déploiement d’Ubuntu Linux dans les écoles | Jonathan Ernst — 8 mars 2009 @ 2:31

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

Laisser un commentaire